Niveau d'étude : Bachelier
Durée : 3 ans
ECTS : 180 crédits
Ath

Présentation

Le bachelier en chimie procure une formation polyvalente permettant au technicien chimiste d’acquérir toutes les compétences techniques lui permettant d’intégrer un large panel d’emplois. De nombreux domaines sont en pleine croissance pour ne citer que les filières de la santé, de la chimie verte, de l’environnement, des polymères biosourcés… 

Le technicien supérieur travaille le plus souvent en laboratoire où il peut être attaché à diverses activités de recherche et de développement, de contrôle de qualité ou de suivi de production. Il peut intégrer tant le secteur public (universités, instituts de recherche et développement fédéraux et régionaux, services d’inspection, laboratoires de criminalistique…) que le secteur privé (laboratoires des industries chimiques, agroalimentaires…) ou le secteur non marchand (hôpitaux…).

Des cours transversaux programmés en début de cursus assurent une remise à niveau dans les diverses disciplines scientifiques. L’étudiant peut ainsi ancrer les concepts théoriques de base et les mettre en application lors de nombreux travaux pratiques durant lesquels il se familiarise avec les techniques en laboratoire.

La formation débouchant sur le grade de bachelier en Chimie est organisée dans le cadre du Décret du 31 mars 2004 de la Fédération Wallonie - Bruxelles, définissant l’enseignement supérieur, favorisant son intégration dans l’espace européen de l’enseignement supérieur et refinançant les universités. Il y est précisé que les objectifs généraux de ce type d’enseignement sont : « Préparer les étudiants à être des citoyens actifs dans une société démocratique, préparer les étudiants à leur future carrière et permettre leur épanouissement personnel, créer et maintenir une large base et un haut niveau de connaissances, stimuler la recherche et l’innovation ».

Les bacheliers en Chimie doivent savoir gérer des activités ou des projets techniques ou professionnels complexes, en faisant preuve de responsabilité dans la prise de décisions dans des contextes professionnels ou d’études imprévisibles. Ils seront aussi amenés à prendre des responsabilités en matière de développement professionnel individuel et collectif.

Les bacheliers en Chimie, quelle que soit leur finalité, seront tout particulièrement sensibles, par la nature de leur formation, aux valeurs sociétales et surtout aux principes du développement durable et à la responsabilité, dans ces matières, des entreprises qui les emploient.

Le bachelier en Chimie est capable d’exécuter et de contrôler les opérations relatives aux processus de fabrication et aux activités de laboratoire liées au domaine de la chimie en respectant un planning.

Selon sa spécialité :

  • Il planifie,  exécute  et contrôle  les  opérations relatives  aux  processus de  bioproduction  et/ou de bioconversion ainsi que les activités de laboratoire de microbiologie.
  • Il structure, contrôle et planifie les processus de fabrication et/ou de recherche dans les secteurs de la biochimie.
  • Il maîtrise les processus industriels et de laboratoires dans les domaines tels que chimie, métallurgie, pétrochimie, agro-alimentaire ou agro-industrie.
  • Il intègre  une  réflexion active  et  objective concernant  les  problématiques  liées au  respect  de l’environnement dans le processus industriel et dans les procédés de laboratoire.

L'orientation en biotechnologie

La biotechnologie forme des spécialistes capables de participer au développement des nouvelles technologies dans l’amélioration des espèces végétales et animales, la production des substances à usage thérapeutique et le domaine alimentaire.

Cette discipline tire profit des propriétés de molécules biologiques ou d’organismes vivants dans des applications diverses et variées comme :

  • les enzymes, puissants accélérateurs de réactions, elles consomment peu d’énergie et sont très spécifiques, elles peuvent être produites par des micro-organismes et sont biodégradables. Elles sont très exploitées dans l’industrie de la détergence et l’agroalimentaire.
  • les micro-organismes, pour leur capacité à transformer différents substrats, sont notamment utilisés dans divers procédés avec un objectif de développement durable puisque certaines substances polluantes peuvent être éliminées.
  • l’accès à l’information génétique portée par l’ADN, sa manipulation ou encore sa modification permettent des avancées significatives en médecine : détection de mutation et identification de gène porteur d’une maladie, thérapie génique… 
  • les applications en agriculture sont également nombreuses : ainsi, des plantes transgéniques sont maintenant capables de résister à certains parasites, à la sécheresse…

L’orientation dispensée au sein du département se concentre sur les biotechnologies rouges, vertes et jaunes qui se penchent respectivement sur les secteurs de la médecine, de l’agriculture et de l’environnement.

La formation dote l’étudiant de compétences dans des domaines spécifiques de la biologie et de la biochimie comme la microbiologie alimentaire et industrielle, le génie génétique, l’immunologie, …

L’étudiant acquiert également des savoir-faire pratiques dans les technologies de la discipline :

  • les procédés de fermentation (technologie brassicole, technologie du lait) sont abordés dans divers cours de technologies alimentaires…; 
  • des applications de biologie génétique et de génie génétique forment à la purification de l’ADN, au clonage moléculaire, au séquençage d’ADN…; 
  • des applications de microbiologie industrielle et de génie enzymatique traitent de l’optimisation de bioréacteurs; 
  • l'épuration biologique des eaux et effluents fait également l’objet d’applications; 
  • les techniques de cultures végétales et animales donnent une plus-value à la formation puisque le secteur présente une belle croissance. Ce type de cultures se pratique dans des conditions stériles strictes, demandant minutie et dextérité.

Le laborantin biotechnologue travaille dans une niche d’activités spécifiques en évolution constante et en demande toujours accrue d’effectifs.

Les secteurs pharmaceutiques et agroalimentaires sont de grands pourvoyeurs d’emplois pour les technologues spécialisés dans les biotechnologies mais la formation reste suffisamment polyvalente pour permettre l’accès à de nombreux autres secteurs.