Petit état des lieux de l’égalité de genre à la HEPH – Condorcet

Les étudiantes globalement majoritaires sauf en sciences et techniques

Lorsque l’on observe les chiffres de la Fédération Wallonie - Bruxelles (FWB), les étudiantes sont plus nombreuses dans l’enseignement supérieur que les étudiants. C’est également le cas à la HEPH - Condorcet où, pour cette année académique 2020-2021, elles représentent près de 58% de la population.

Cette féminisation ne concerne, cependant, pas l’ensemble des filières. En effet, dans les Hautes Écoles de la FWB, les étudiantes sont majoritaires dans tous les domaines du secteur des sciences humaines et sociales et de celui de la santé. Elles sont, par contre, minoritaires dans tous les domaines du secteur des sciences et techniques. Ces mêmes préférences féminines ou masculines s’observent également dans notre Haute École. Certaines filières semblent être davantage « féminines » alors que d’autres apparaissent comme de véritables bastions masculins. Ainsi, pour cette année académique 2020-2021, dans les départements des sciences de l’enseignement, de la santé publique et des sciences logopédiques, les étudiantes représentent respectivement 70,7%, 81,4% et 97,2% de la population. Elles ne sont, par contre, que 37,4% dans le département agrobiosciences et chimie, et 8,2 % dans celui des sciences et technologies !

Si elles tiennent le haut du pavé dans l’enseignement supérieur, les étudiantes affichent également un taux de réussite supérieur à celui des étudiants (avec 62% à la HEPH - Condorcet pour l’année académique 2019-2020).

Une présence féminine incontestable dans l’institution

Si l’on se penche à présent sur le personnel de la Haute École, les femmes représentent à l’heure actuelle 60,6% du personnel enseignant, 62,8% du personnel administratif, alors que les collaboratrices occasionnelles ne sont que 35,5%.

Pour le personnel enseignant, les femmes sont plus nombreuses dans les fonctions de recrutement : maître-assistant (56,6%), maître de formation pratique (79%) et chargé de cours (100%). Dans les fonctions de promotion, si les femmes ne représentent que 36,6% % des chefs de travaux, elles sont majoritaires dans la fonction de maître principal de formation pratique avec 72,2%.

Pour le personnel administratif, les femmes sont également surreprésentées dans les personnels de niveau 1 et de niveau 2+ lequel correspond aux assistants de direction et comptables de département. 

Autre éclairage : sur 15 services transversaux de la Haute École, 11 d’entre eux sont coordonnés par des femmes. De la même manière, sur les 16 nouveaux directeurs-adjoints qui ont pris récemment leurs fonctions, 9 se conjuguent au féminin. Quant aux 8 directeurs de département de la Haute École, 2 directeurs sont des directrices et comptent notre actuelle Directrice-Présidente.

Enfin, en ce qui concerne les instances décisionnelles de la Haute École, si le Conseil de gestion et le Conseil pédagogique sont plutôt masculins avec respectivement 44,1% et 43,8% d’effectifs féminins, le Conseil social est composé majoritairement de femmes (51,2%) tout comme le Conseil étudiant (54%). Les Conseils de département sont tantôt masculins tantôt féminins. Comptabilisés tous ensemble, les femmes représentent plus de 60% de leurs effectifs. 

Et dans la recherche ?

Les chercheuses ne sont pas en reste dans notre institution. Elles ne sont pas les plus nombreuses mais représentent tout de même 48,2% des enseignants-chercheurs de la Haute École. Et ici aussi, elles s’illustrent dans tous les départements à l’exception des départements agrobiosciences et chimie, sciences et technologies et sciences de la motricité où elles représentent respectivement 31%, 18,1% et 20% des enseignants-chercheurs.

Au-delà de ces constats, soulignons que la HEPH - Condorcet, dans toutes ses composantes, s’efforce, au quotidien, de remplir ses missions d’enseignement, de recherche et de services à la collectivité le plus qualitativement possible, presque indépendamment de cette question du genre, considérant finalement que chacun a sa place dans l’institution, quel que soit son sexe.

Source :  les faits et chiffres relatifs à l’enseignement supérieur se retrouvent sur le site de l’ARES.

Imprimer