eCampus       Webmail
 
 


Voir d’un autre œil le tourisme et la gestion hôtelière

 Le 13 mai 2015, les étudiants de 2e année des bacheliers « gestion hôtelière » et « tourisme » de l’implantation de Saint-Ghislain ont présenté les projets qu’ils avaient menés, en petits groupes, dans le cadre du cours de « correspondance, rapport et communication ». 

Ces sept travaux étaient liés à la personne handicapée, et, plus particulièrement, à celle dont la mobilité est réduite ou celle qui présente une déficience visuelle. Des solutions facilitant la vie quotidienne, un séjour dans une institution hôtelière ou une visite au restaurant ont été proposées. 

Si les prises de contacts et les démarches nécessaires à l’élaboration et à la mise en application des projets ressortaient aux étudiants, l’aide inconditionnelle de Stéphane Vincent, un ancien de l’enseignement provincial atteint de cécité, s’est révélée très précieuse pour la confection des cartes en braille, tant pour la traduction que pour l’impression.

 

HORECA, MUSÉES et PERSONNES À MOBILITÉ RÉDUITE

 

Désormais, grâce aux étudiants, si vous souhaitez éviter les surprises peu commodes avant de réserver une nuitée à Bruxelles (comme, par exemple, les marches d’un escalier ou encore la présence d’une baignoire), vous pouvez consulter un site répertoriant le degré d’accessibilité des hôtels aux personnes à mobilité réduite. La réglementation en matière d’hébergement de ce type de public y est également indiquée. 

Vous pourrez également découvrir, à l’Office de Tourisme de Saint-Ghislain, une brochure dressant une liste de différents musées classés selon leur degré d’accessibilité.

 

HORECA et CECITÉ

 

Les hôtels, les restaurants, les cafés accueillent parmi leur clientèle des aveugles. Or, rares sont les établissements disposant d’une carte, d’un menu, d’un plan de la chambre louée, ou encore du descriptif des services offerts traduits en braille, le système d’écriture tactile à points saillants. 

Les étudiants de la catégorie économique de Saint-Ghislain tentent de renverser la vapeur et, s’ils sont souvent confrontés à des tenanciers marquant peu d’intérêt pour le projet, ils défendent leurs idées fermement. 

L’indifférence, fréquemment liée à une appréhension sous-jacente, provient d’un manque évident d’information. La crainte de ne pas adopter le comportement adéquat, palpable même chez certains étudiants en début de quadrimestre, a constitué un frein indéniable à l’action. Ce constat s’est imposé à la classe dont l’exercice de gestion de projet se couplait généralement à une campagne de sensibilisation préalable. 

Seuls les gérants comptant parmi leurs clients réguliers des personnes présentant des déficiences visuelles, ont accepté de collaborer avec les étudiants. Et ils ont eu raison car, moyennant un coût quelquefois négligeable, l’impact de ces aménagements peut s’avérer porteur tant en termes de développement de la clientèle et de fidélisation de celle-ci qu’en termes d’image de marque avec un renforcement du capital-sympathie.

Comme la meilleure des compréhensions réside sans doute dans l’expérimentation, l’auditoire s’est prêté à une dégustation à l’aveugle à l’occasion de la présentation des projets. Foulards noués autour de la tête et passé le constat qu’une bouche ne se situe pas toujours où on l’attend, les étudiants ont saisi à quel point les personnes malvoyantes devaient développer une relation de confiance très rapidement, même avec l’inconnu. L’expression « manger avec les yeux » prend ici tout son sens.

 

SERVICE A LA COLLECTIVITE

 

Une partie du groupe a souhaité rassembler sur un site toutes les propositions adressées au public nécessitant de l’assistance. Cette bourse d’échange de services permet de mettre en contact des personnes handicapées et des bénévoles afin d’offrir aux premières  un accompagnement dans diverses activités. 

Un exemple ? Sa journée de travail achevée, Madame Y prend le train chaque mercredi à 13h06, en même temps Monsieur X qui revient du marché. Ce dernier, malvoyant, éprouve des difficultés à monter dans le wagon. Madame Y s’inscrit sur le site et s’engage à accompagner Monsieur Y dans ses déplacements.

Sensibilisés aux handicaps, les étudiants de 2e année des bacheliers « gestion hôtelière » et « tourisme » déclarent avoir vécu une expérience riche, tant humainement que pédagogiquement. Ils se sont engagés à demeurer attentifs, dans l’exercice de leur métier, à l’accueil des publics dont les besoins sont spécifiques.

 

Imprimer